Un été à Blanc Sablon

Par R.M. Howell

Traduit par Catherine Pellerin

Avant la venue de Cartier, Blanc-Sablon était fréquentée par les pêcheurs de morue. Et ils y viennent depuis.

Blanc Sablon (le sablon est un sable très fin) est le peuplement le plus à l’est du Dominion canadien. Il s’agit aussi de l’un des plus anciens. Situé près du détroit de Belle-Isle, à l’opposé du « doigt » de Terre-Neuve, on ne peut s’y vanter d’un bon climat ou d’un port sûr. Pourtant, les pêcheurs viennent y pêcher et y sécher la morue depuis quatre siècles.

Les environs sont constitués de sable blanc et de rocher, presque dépourvus d’arbres, bordés de hautes collines s’étendant autour du peuplement. Deux iles – Isle au Bois et Greenly – se trouvent au sud-ouest, mais elles n’offrent que peu de protection aux dizaines de goélettes de pêche qui s’amarre là tous les étés – parfois cinquante à la fois – cherchant la succulente morue.

Déjà en 1534-1535, Jacques Cartier, au premier de ses deux voyages, appelé à Blanc-Sablon, nota les dangers pour la navigation auxquels devaient faire face les pêcheurs entrant dans le port. À cette époque, et plus tard, les marins normands, basques et bretons bravaient les périls de l’Atlantique dans leurs minuscules navires pour y pêcher la morue, et encore plus tard, les Canadiens et les Français de Nouvelle-France établirent des postes de pêche le long du détroit. En 1770, après la conquête du Canada, le capitaine George Cartwright, natif d’Angleterre, établit plusieurs postes le long du Labrador, et l’un d’entre eux se trouvait à Blanc Sablon, où la pêche fut opérée par des Jerseyais. Trois ans après son arrivée, Cartwright avait persuadé le Board of Trade and Plantations de publier une proclamation déclarant que seuls « les sujets de la Grande-Bretagne et ceux des îles de Guernesey et de Jersey étaient autorisés à établir des colonies sur la côte du Labrador » excluant ainsi les pêcheurs du Canada, de la Nouvelle-Écosse et des colonies américaines.

Ces hommes des îles anglo-normandes ont mis en place plusieurs bâtiments et des quais sur l’île au Bois, construits en bois taillé à la main, et leurs fondations sont encore visibles. L’un de leurs bâtiments était même en pierre, et une partie tient encore debout aujourd’hui.

Au fil des années, diverses préoccupations liées à l’exploitation du poisson ont surgi dans cette région. Une entreprise en particulier, la Job Brothers d’Angleterre, érigea son siège social à Blanc Sablon pour le traitement de la morue. Ils employaient environ deux cents hommes chaque été, et expédiaient directement le poissons par bateau à vapeur vers les marchés de l’Europe. En 1929, la Job Brothers vendit ses propriétés de Blanc Sablon à la Compagnie de la Baie d’Hudson, qui y pêche toujours. Aujourd’hui, Blanc Sablon est l’un des principaux centres de pêche du Canada.

Passer l’été à Blanc Sablon est une expérience que l’on n’oublie pas de sitôt. Avant le début de la saison de pêche, les pièges à morue – qui sont des filets en forme de boîte – sont teints avec de l’écorce et réparés, et d’autres équipements d’amarrage sont révisés. Les flotteurs sont faites en forme de bateaux, et des quais provisoires ou « échauffauds » partent sur les plages pour trancher et habiller la morue.

Vers la deuxième semaine de juin, les goélettes viennent de Terre-Neuve et d’Halifax et apportent du sel pour traiter le poisson. Le sel est très grossier, et est expédié en vrac, mesuré en barriques (52% gallons impériaux par tonneau). Une partie du sel est distribuée directement des goélettes aux pêcheurs dans les différentes communautés; mais comme leurs bâtiments sont petits, ils ne peuvent pas stocker assez pour les besoins de leur été. La Société stocke donc une quantité considérable pour eux – parfois jusqu’à mille barriques. Les provisions doivent être transportées au quai du poste par les chalands des goélettes et déchargées la plupart du temps à la main. Au poste même, les commis fournissent aux pêcheurs d’ici et d’ailleurs de la nourriture, des provisions et du matériel pour la pêche.

Autour de la troisième semaine en Juin, les goélettes de pêche font leur apparition de différentes régions de Terre-Neuve. Ce sont principalement des pêcheurs au chalut et ils pêchent dans les détroits. Avant longtemps, le port sera plein de bateaux de pêche, de différentes tailles. Ils sont tous bien connus puisqu’ils viennent ici depuis des années et font partie de l’endroit. Le fret et les paquebots de passagers arrivent du Québec et de Terre-Neuve pour décharger les provisions, et plus d’équipages de pêche arrivent pour l’été. Ces pêcheurs sont connus sous le nom de « planteurs ». Ils ont leurs maisons et leurs lieux de pêche disséminés dans diverses communautés et, à la fin de la saison de pêche, ils vendent leur poisson à la Compagnie et partent pour la maison.

Le premier signe de la morue est vers la fin de Juin, lorsque « l’appât » arrive. Cet appât n’est pas apporté dans les goélettes. C’est certainement un appât vivant, et prend la forme d’un petit poisson appelé le capelan, qui vient dans de grands bancs, entrant dans chaque crique et baie et frayant sur les plages. La morue, qui se nourrit du capelan, doit s’approcher du rivage pour y parvenir, et c’est alors que les pêcheurs les capturent dans leurs énormes pièges à morue.

Au premier signe de pêche, tous les pêcheurs entassent leurs pièges dans des bateaux à moteur et attendent une bonne marée pour les poser. Un long filet suspendu à la verticale, appelé « seine », est attaché à la rive et se prolonge jusqu’au piège à morue. Quand il rencontre le côté du piège en forme de boîte, il y a deux ouvertures, une de chaque côté de la seine, formant la porte. Au bas de la porte se trouve une barre de fer reliée au fond du piège. Un poisson, frappant la seine, se détourne de la plage et nage le long du filet jusqu’à ce qu’il entre dans le piège, où il restera habituellement jusqu’à ce que le piège soit tiré.

Le halage d’un piège de la morue est la chose la plus intéressante à regarder, on est toujours inquiet pour une bonne prise et les espoirs sont élevés. Deux bateaux doivent être utilisés, l’un à la porte et l’autre à un coin, en fonction de la direction de la marée. La barre de fer au bas de la porte est tirée sur le côté d’un bateau, fermant ainsi la porte. Le filet du fond est progressivement tiré et le bateau avance vers le coin du piège. Comme les deux bateaux se rapprochent l’un de l’autre, une poche est formée et le poisson peut être vu en train de nager. Un grand soin doit être pris pour maintenir le filet sur les bateaux sinon le poisson s’échappera au-dessus des cordes du piège. Bientôt de grandes quantités de morue peuvent être vues et l’eau bouillonnera avec la masse de queues éclaboussant et les corps argentés blancs tournant et sautant pour échapper à leur encerclement. Maintenant, les filets sont sortis et les hommes sont occupés à laisser tomber le poisson dans les bateaux avec de l’eau qui vole partout. Les bateaux sont chargés jusqu’à la ligne d’eau et se dirigent ensuite vers les échauffaud pour l’habillage du poisson.

Les poissons sont ensuite sortis des bateaux avec des fourches à poisson et jetés sur la scène. Ensuite vient l’habillage. Chaque homme est un expert dans son art. L’ « ébrayeur » ouvrait le poisson de la gorge à l’anus. Le décolleur est celui qui dispose de la tête et des entrailles, sauvant le foie à des fins d’huile. Il passe ensuite le poisson au trancheur, qui prend l’arête centrale, ou l’épine dorsale, dans un coup rapide de son couteau. Il faut des années d’expérience pour devenir un trancheur de, mais une fois l’art maîtrisé, un homme peut diviser trente à quarante quintaux de poisson en une journée.

Après le tranchage, les poissons sont lavés et pris dans des brouettes à un autre bâtiment, où ils sont placés sur le dos dans des piles soignées et salées.
Ce processus, de la capture au salage est effectué tous l’été jusqu’à ce que la pêche soit terminée, Tout ce processus, de l’attrapage au salage, se poursuit tout l’été jusqu’à la fin de la pêche, il n’est pas du tout facile de naviguer, car les tempêtes violentes et les grandes plaques de glace bouleversent les pièges et les quais, c’est une lutte constante contre les éléments. Tout le monde est occupé. Les heures sont longues, de l’aube à minuit, et dans la plupart des cas plus longues, avec seulement quelques heures de sommeil. Les hommes, les femmes et les enfants travaillent dur pour placer le poisson sous le sel. Ils sont là – décollage, tranchage, lavage et salage – pendant des semaines. Leur temps est limité, puisque la saison de pêche habituelle dure seulement deux ou trois semaines, et suffisamment de poissons doivent être capturés pour payer les dépenses et acheter de la nourriture et des vêtements pour les mois d’hiver.

Au poste de la Compagnie de la Baie d’Hudson aussi, il y a une activité continue. Les bateaux arrivent de tous les côtés pour plus de provisions, et les hommes sont occupés nuit et jour. La nuit, toutes les échauffauds sont éclairées par des lanternes à l’huile, et les goélettes ancrées dans le port après leur journée de pêche sont aussi illuminées, alors iles salent leurs prises. C’est un spectacle pittoresque, avec les lumières scintillant d’avant en arrière, jetant leurs réflexions sur l’eau sombre.
Dans une saison de pêche réussie, les équipes de pêche composées de trois à cinq hommes auront en moyenne de cent à quatre cents quintaux de poisson. Un quintal de morue sèche représente cent douze livres. Ils ne sont pas tous des pêcheurs à la trappe dans cette région pour beaucoup utilisent des lignes à main et des chaluts.

Lorsque la pêche est terminée et que les équipages ont tout ce qu’ils peuvent faire pour sécher et saler, tous les pièges et les équipements sont sortis, séchés et rangés pour les opérations de l’année prochaine. Vers la fin du mois d’août, lorsque le poisson est suffisamment salé pour être correctement « figé » (durci par le sel), le séchage commence.
Une bonne quantité de poisson sera lavée et nettoyée, en utilisant des brosses pour enlever la boue et les impuretés du sel, et empilées en tas pour les égoutter. Ils sont généralement laissés dans cet état de quatre à six jours et tout le monde espère le beau temps pour le séchage. Blanc Sablon a environ soixante pour cent de brouillard pendant les mois d’été, et il est parfois difficile de bien sécher le poisson.

Quand une belle journée apparaît, elle ne convient pas toujours au séchage de «morue verte», comme on appelle le poisson nouvellement lavé. Un soleil chaud sans vent brûlera le poisson et diminuera ainsi sa valeur. La morue est séchée sur des plates-formes appelées vigneaux, faites de lattes ou de fils, et se tenant à environ quatre pieds du sol pour laisser circuler l’air et y rester toute la journée. Avant le coucher du soleil, ils sont empilés par « brasses » (autant que les bras peuvent contenir). Puis pris et empilés sur le sol sous des bâches. Le prochain jour sec, ils sont à nouveau disposés sur les vigneaux
Cette procédure est répétée jour après jour jusqu’à ce que la morue soit suffisamment sèche et devienne blanche après quoi elle est placée dans un bâtiment, pour y attendre que toute la cargaison soit sèche et prête à être expédiée.

C’est un dur labeur et il faut travailler vite tant qu’il fait beau. Il n’est pas inhabituel de voir des centaines de quintaux de poisson sécher à un moment où des nuages de pluie apparaissent soudainement et tout le monde – hommes, femmes et enfants – ramasse du poisson et les met à l’abri avant la pluie. Le séchage du poisson se poursuivra aussi tard qu’en octobre, en fonction des prises et des conditions météorologiques.

À propos du poste, il y a beaucoup d’autres activités, avec des pêcheurs venant des colonies voisines dans des bateaux à moteur pour vendre leur poisson séché à la Compagnie. Ils se réunissent toujours quand le temps le permet, et chaque homme va prendre son tour, selon l’heure de son arrivée. Ils s’entraident habituellement pour accélérer la pesée et le stockage, car leur poisson doit être pesé, classé et stocké avant le coucher du soleil.
Certaines années, les achats de la Compagnie dépasseront 7 000 quintaux (près de 400 tonnes) de poisson séché, et si l’on considère la quantité de manipulation nécessaire, on s’apercevra qu’il y a énormément de travail à faire.

Après le stockage du poisson, il doit encore être expédié. Pour l’expédition, une centaine d’hommes sont employés. La saison est généralement tardive à l’automne, avec un temps froid et orageux. Chaque jour compte, car le poisson ne peut pas être expédié par temps humide. Des hommes arrivent des établissements voisins chaque matin pour aider apportant leurs déjeuners dans des sacs de chasse blancs.

Tous les poissons doivent être pesés et vérifiés hors des bâtiments de la Compagnie. Il est pris de la pile par brasses et jeté d’un homme à l’autre, le dernier le plaçant sur une brouette. Lorsque la charge sur la brouette atteint deux quintaux, elle est placée sur les ventes et vérifiée. Les poissons sont ensuite placés dans une brouette qui, lorsqu’elle est pleine, est ramenée au quai et le contenu est chargé à la main dans les chalands. Enfin, le chaland, quand il est plein, est amené à la goélette en attente dans l’eau profonde; et le processus se poursuit jusqu’à ce que la goélette soit à pleine capacité – une charge comprise entre 2 500 et 3 000 quintaux. Comme les derniers poissons à expédier sont susceptible d’être humide, en raison de la longue période de stockage, il est généralement nécessaire de le refaire sécher avant de l’expédier.

Il arrive parfois que ce n’est qu’à la fin du mois de novembre que toute la morue estt expédiée. Les goélettes l’amènent à Halifax, d’où elle est envoyée à l’étranger. En temps de paix, la morue était envoyée aux Antilles, en Italie, en Espagne et en Grèce. Quand enfin le continent sera libéré, cette morue du Canada jouera sans doute son rôle en nourrissant les millions de sous-alimentés de l’Europe, dont certains des pères ont d’abord osé franchir l’Atlantique pour établir la pêcherie de Blanc-Sablon.