Un nouveau fonds a été traité dans le cadre du programme de Soutien aux archives privées de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Il s’agit du Fonds Comité de Vigilance Manicouagan. Vous pouvez le trouver dans notre bibliothèque ou dans le chemin d’accès suivant: Centre d’archives ­­ > Nos fonds et collections > P089 Fonds Comité de Vigilance Manicouagan et cliquer sur Instrument de recherche au bout de la ligne.

P089   Fonds Comité de Vigilance Manicouagan. – 1988-1999. – 3,52 mètres linéaires de documents textuels. – 22 documents audiovisuels: 20 documents filmiques, VHS, coul. (19 :54 :11), 2 documents audio, K7 (02 :59 :46). – 145 pièces de documents photographiques. – 21 Plans.

Histoire administrative :

La création du Comité de vigilance Manicouagan doit son existence à la tragédie de Saint-Basile-le-Grand le 23 août 1988, où un incendie se déclare dans un entrepôt ou des matières contaminées aux biphényles polychlorés, communément appelés des BPC. Devant les inquiétudes et la colère des citoyens, le gouvernement du Québec tente de trouver des solutions à l’entreposage de centaines de tonnes de produits toujours sur les lieux. Deux tentatives échouent.

Un an après la tragédie, la Ministre Lise Bacon annonce que les BPC iront à Baie-Comeau, sur le site d’entreposage d’Hydro-Québec à Manic-2. Les maires et la MRC de la Manicouagan accepte pour une durée maximale de 18 mois. La population est choquée et riposte avec des manifestations et deux injonctions contre la réception des conteneurs au quai de Baie-Comeau. Le gouvernement lance la Commission d’enquête sur les déchets dangereux, présidée par Yvon Charbonneau. Le rapport est rendu public en mars 1990. La population et les organismes environnementaux continuent de faire pression sur le gouvernement pour éliminer le problème des BPC.

Le Comité de vigilance Manicouagan est formé en août 1991 afin de trouver un site acceptable, une technologie sécuritaire et efficace et déterminé une façon de faire pour éliminer les BPC. Il a été érigé selon la Loi sur les compagnies, partie III, le 5 mai 1993. Les quatre (4) dirigeants à l’époque sont Sylvain Ouellet, Ghislain Lebel, Jean-Philippe Croft et Jacques-François Cartier. Les opérations se sont terminées en 1999.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *